[E46 325I] Choisir la bonne base du projet

Je voulais développer la partie critères de choix pour mon projet, avec un peu d’infos sur les motorisations, calculateurs, transmissions etc, qui pourrait aider ceux qui font ce genre de recherches.

Le châssis :

Mon choix du châssis s’est porté sur une BMW parce qu’elle est très largement rependue en France et à l’étranger, beaucoup plus que n’importe quelle Japonaise équivalente (S13, S14…) voir inférieure (MX5…). Donc facile à trouver que ce soit complète ou pour pièces.
Je n’évoquerai pas la cote des voitures aujourd’hui puisque de toute façon toutes les voitures équivalentes ont augmenté donc que ce soit une BMW ou autre chose, c’est pareil.

Le modèle :

Pour ce qui est du modèle, j’hésitais d’abord entre la E36 et E46. Les E30 ne m’attiraient pas car trop vieilles, et devenues beaucoup trop chères pour ce que c’est. Je savais que les E46 avaient des soucis de points d’encrages de berceau arrière qui s’arrachent, donc j’étais d’abord tourné vers la E36 mais j’ai ensuite appris que les E36 sont également touchées, moins mais quand même suffisamment pour ré-équilibrer la balance et ramener la E46 dans mon champ de recherches.
J’étais intéressé par une compact à la base, pour le fun d’une voiture courte et parce qu’elles sont moins demandées.
Le coupé n’avait rien d’avantageux pour moi, l’arrière de la voiture n’est pas compatible en pièces de carrosseries, portes, feux, et j’en passe.
Le cabriolet n’était que du désavantage, en prix, et comme pour le coupé pour les pièces compatibles avec la berline.
Le break était pas mal pour avoir de la place derrière pour transporter des pièces etc mais sans plus.
La berline était ma favorite, pour pouvoir embarquer du monde à l’arrière facilement en baptême et s’amuser.
L’occasion est tombée avec la E46 320D berline, je l’ai saisie donc le modèle était figé, et honnêtement maintenant que j’en ai une, je préfères les E46 premières générations aux E36 alors qu’à la base c’était l’inverse.

La motorisation :

Je voulais impérativement un moteur essence, question de « goûts » si on peut dire, donc partant d’une 320D il me fallait de quoi la convertir en essence. L’idée était d’aller chercher une voiture complète en Angleterre, là ou les voitures sont moins chères, pour le swap et avoir des pièces de rechange. J’ai me suis bien informé sur les problèmes de consommation d’huile des moteurs et l’origine du problème, les usures de VANOS, valves DISA, capteurs de position de vilebrequin et arbres à cames, joints de caches culbuteurs et j’en passe.
Pour ce qui est de la cylindrée, les E46 sont sorties avec un panel de moteurs, cylindrées et puissances assez vaste, tableau récapitulatif tiré de Wikipedia :
Critères moteurs

Les modèles allant du 316I au 320I ne m’intéressaient pas en terme de performances, et les M3 étaient largement hors budget. Donc tout ça était éliminé.

  • La 323I (M52TUB25) n’était pas dans mon champ de recherches, mais plus une roue de secours ou si vraiment bonne affaire. La base reste un 2,5L mais légèrement moins performant que celui de la 325I (M54B25). J’ai pas trop cherché à savoir si il y avait possibilité de rejoindre ce dernier en partant d’une 323I.
  • La 330I (M54B30) ne me tentait qu’à moitié, les performances sont alléchantes, mais elles sont plus rares, donc plus chères. Et en terme de conception, je n’étais pas partisan de la course de piston plus importante que les autres sachant que ces moteurs sont assez consommateurs en huile. Si bonne affaire je serais parti sur ce modèle, autrement j’étais pas vraiment motivé pour en trouver une.
  • La 328I (M52TUB28) et la 325I (M54B25) ont des performances assez proches, seul le couple diffère. C’est un avantage en drift, mais on trouve moins de 328I que de 325I, donc encore une fois le prix n’est pas le même.
    Pour rentrer plus dans le technique, les bases moteur sont différentes, M52 contre M54 (plus récent). Il faut savoir que la 328I est sortie après la 325I et 330I pour faire office de palier intermédiaire, et la base moteur M52 antérieure au M54 a été reprise avec une version révisée « TUB » en 2,8L donc.
    La modification bien connue de mettre un collecteur d’admission de M54B25 (325I) sur le M52TUB28 (328I) permet de gagner ~20cv sans trop perdre en couple (c’est ce qui se dit, j’ai pas eu l’occasion de le voir par moi-même).
    J’avais retenu cette option dans mes recherches.
  • La 325I (M54B25) est un bon compromis en terme de prix d’achat, popularité et performances. Il y a possibilité de le « strocker » avec un M54B30 pour augmenter la cylindrée vu que les bases moteurs (M54) sont les mêmes. Ça se fait soit en changeant le vilebrequin seul pour augmenter la course et ainsi la cylindrée à ~2,7L, voir même changer le bas moteur complet pour avoir les 3L. Mais du coup ça rejoint les désavantages de cette cylindrée rapport aux conso d’huile.

Pour développer quelques différences entre les générations moteur M52 et M54, car c’était pour moi un critère de choix « secondaire », le modèle de calculateur utilisé diffère également. Avec le M52 le calculateur est un SIEMENS MS42 tandis que le M54 a un SIEMENS MS43. La différente est que le MS43 a plus de fonctions que le MS42, plus récent, évolué, plus de réglages possibles. D’ailleurs le M52 a un papillon électronique mais avec pédale d’accélérateur à câble alors que le M54 a un papillon électronique et une pédale d’accélérateur électronique. On peut supprimer la vanne de ralenti auxiliaire et laisser cette fonction au papillon. Il y a d’autres fonctions intéressantes pour moi qui est friand de la cartographie.

La transmission :

Là il y a pas d’hésitation, il me faut une boite manuelle. Mais une version boite automatique offre des avantages que la boite manuelle n’a pas d’origine :
– Rapport de différentiel de 3,46 contre 2,93 à 3,15 pour les boites manuelles > Plus court donc mieux étagé pour le drift.
Ventilateur de radiateur électrique en plus du mécanique > Commande forcée avec un bouton possible.
Radiateur d’huile de boite > Peut être converti en radiateur de direction assistée.
– Moins chères à l’achat car moins recherchées, et souvent défectueuses.

Seul inconvénient c’est qu’il faut faire le changement de transmission, qui implique la boite, volant moteur, embrayage, pédalier, arbre de transmission mais aussi une reprogrammation de la voiture pour retirer la fonction boite automatique du calculateur et des affichages. Si le compteur kilométrique est important il faut aussi prévoir un module pour compenser le décalage des rapports de boite qui donnent une fausse lecture de vitesse au compteur, ou changer le rapport du différentiel.

 

Pour finir je suis tombé sur une E46 325I boite automatique qui va être la base de mon projet. Plus d’infos sur la voiture dans cet article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s